Sombre affaire de multiplication de billets de banque: Le commerçant perd 7 millions, un serpent «déféré» avant de disparaître mystérieusement

0
80

Le charlatan El Hadji Bassirou Diallo risque 6 mois de prison ferme pour escroquerie et charlatanisme. Ce vieux de 59 ans, dans une opération de multiplication de billets de banque d’un montant de 5 milliards, avait roulé dans la farine Habib Diawara, qui lui aurait remis la rondelette somme de 7 millions FCfa. Il sera édifié sur son sort le 2 décembre prochain.

 

Habib Diawara, commerçant, a traduit hier El Hadji Bassirou Diallo qui l’a floué de la somme de 7 millions FCfa, devant le juge de la barre des flagrants délits de Dakar. Toutefois, au cours de cet interrogatoire d’audience, on ne saurait dire qui a raison ou qui a tort dans cette histoire. Ce qui est constant, c’est que le commerçant Habib Diawara a fait preuve de cupidité. Au lieu de se limiter aux bénéfices qu’il gagne dans son commerce, il a voulu avoir davantage d’argent sans se fatiguer.

Ainsi, il est allé auprès du marabout El Hadji Bassirou Diallo pour une multiplication de billets de banque. Objectif : obtenir 5 milliards. Le charlatan lui demande alors 7 millions. Et pour l’appâter, le charlatan l’a entraîné dans une chambre où il y avait un arsenal mystique composé de têtes de crocodile, de serpents etc. pour mieux le ferrer, il lui a aussi montré une valise remplie de liasses de billets.

Pour démarrer le «travail», le marabout lui fait prendre des bains mystiques. Comme possédé, Habib Diawara commence à donner au marabout tout ce qu’il lui réclame. Et quand il s’est rendu compte qu’il a été berné par le marabout, c’était trop tard. Le commerçant est allé alors tout droit porter plainte pour escroquerie et charlatanisme contre El Hadji Bassirou Diallo.

Le marabout nie


Interpellé, ce dernier avait reconnu à la police avoir reçu 7 millions des mains du commerçant qu’il devait multiplier en 5 milliards. Mais, devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, où ils comparaissaient hier, le charlatan El Hadji Bassirou Diallo a tout nié.

Âgé de 59 ans, il a comparu avec un bras bandé, soutenant avoir été frappé par les enquêteurs qui étaient venus le cueillir chez lui. « Je n’ai pas reçu d’argent. Habib Diawara est venu me voir pour que je soigne une personne qui a perdu la vue. D’ailleurs, je n’ai jamais vu la somme de 7 millions dans ma vie. Et je ne lui ai jamais montré un sac rempli d’argent», a-t-il soutenu, alors qu’il avait expliqué lors de l’enquête que c’est son ami qui avait fui avec les 7 millions.

Concernant les prétendues brimades qu’il aurait subies de la part des policiers, le marabout a insisté là-dessus et a montré un bras bandé. Ce, avant de soulever devant le prétoire, son boubou qui laissait apparaître un dos couvert de bandages, sous les rires du public, du juge et des assesseurs. L’enquête avait aussi révélé qu’il avait intimé à sa victime de tenir un serpent qu’il lui avait brandi.

Salif Bass, entendu en qualité de témoin dans cette affaire, a donné une autre version des faits. «C’est le jour de son arrestation que je suis entré dans la chambre où il exerce. Et j’ai vu l’arsenal mystique qui s’y trouvait. A l’intérieur de la pièce, j’ai vu des cornes, des serpents et beaucoup de morceaux rouges. Et dans une caisse, il y avait un serpent. Je l’ai vu lorsque Bassirou Diallo l’a ouverte.

Les gendarmes m’ont trouvé là-bas avant qu’ils ne m’interpellent avec un autre gamin. Ils m’ont battu et fracturé la main. En ce qui concerne le marabout El Hadji Bassirou Diallo, ils l’ont bastonné jusqu’à ce qu’il s’évanouisse. Avant qu’ils ne lui versent de l’eau pour le réveiller. Aussi, il l’ont poignardé dans le dos avec une corne. Ils ont aussi habillé le marabout en rouge avant de le filmer et de le photographier, en lui intimant l’ordre d’attraper le serpent qui se trouvait dans la chambre», a raconté Salif Bass, à qui le procureur a fait savoir qu’il ne croyait pas à cette bastonnade.

Me Cheikh Ndiaye, avocat du commerçant : «le serpent a été déféré à la gendarmerie et il a disparu. Et personne ne l’a vu jusqu’à présent»


La partie civile représentée par son avocat, Me Cheikh Ndiaye, a réclamé 15 millions à titre de dommages et intérêts. «Mon client Habib Diawara n’est pas là aujourd’hui. Ce n’est pas qu’il n’a pas voulu comparaître, mais depuis qu’il a pris de l’argent et l’a donné au marabout Diallo, il est malade parce qu’il souffre d’hypertension. C’est une bande organisée qui agit avec le marabout. Bass n’est pas un témoin. De plus, aucune preuve ne montre que le prévenu a été battu et aussi que le témoin a été blessé par les gendarmes», peste Me Ndiaye qui poursuit : «la partie civile est un garçon brillant et intelligent. Tout ceci ne relève pas de l’ordinaire. Nous sommes en Afrique et l’envoutement existe. Il a plongé la victime dans une chambre où il y avait des têtes de crocodile et des serpents. Le serpent a été déféré à la gendarmerie et il a disparu. Et personne ne l’a toujours pas vu jusqu’à présent. Il lui a fait croire qu’il pouvait lui faire une multiplication de billets de banque d’un montant de 5 milliards. Les manœuvres ainsi que la remise sont avérées. Il y a mise en scène parce qu’il lui a montré une caisse contenant des liasses de billets. Et lorsqu’il a voulu les prendre, il lui a dit que le djinn ne voulait pas», a plaidé Me Cheikh Ndiaye.

La parquetière a requis 1 an d’emprisonnement dont 6 mois ferme parce que, pour sa part, le marabout a usé de subterfuges pour mieux ferrer la victime.

Me Fodé Ndiaye, quant à lui, s’est offusqué de la position du procureur et de l’enquête des agents à l’entame de sa plaidoirie. «Je suis étonné par la réaction du parquet alors qu’il devait être aujourd’hui avec nous. Dans cette affaire, les gendarmes ont échoué et l’enquête a aussi foiré. Parce que le véritable coupable ici, c’est Moustapha Niass qui a pris la fuite. Et ce sont les agents qui ont fracturé la main droite du témoin Salif Bass. Aussi, pour mon client El Hadji Bassirou Diallo, regardez son corps, il a subi des violences, rien que pour lui faire porter le chapeau. Et si vous regardez les photos, c’est ahurissant et j’étais choqué lorsque je les ai vues», a déploré la robe noire qui a sollicité la relaxe pure du marabout. Aussi précise l’avocat, il n’est pas locataire de ladite chambre.

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here