Le président de Zamalek menace Augustin Senghor et Fatma Samoura

0
52

Le président de Zamalek du Caire, Mansour Mortada ne manque jamais l’occasion de se distinguer. Et souvent, dans le mauvais sens. En réaction à la manifestation du soutien, somme toute normale, de la fédération sénégalaise de football à son adversaire, Génération Foot, avec lequel il est en conflit suite à la polémique sur le match retour du dernier tour préliminaire de la Ligue des Champions, Mansour Mortada a fait une sortie ahurissante sur une chaine de télé égyptienne, que des confrères n’ont pas hésité de partager sur les réseaux sociaux.

« Ils disent que nous les avons torturés, mais la seule torture que je vois, c’est qu’ils voulaient une danseuse et je ne pouvais pas leur en donner une. La fédération sénégalaise et le président du club (Mady Touré, ndlr), sont vulgaires. Nous ne voulons pas engager une polémique ici. Mais à Fatma Samoura, je dis ceci : « Nous connaissons votre relation avec le président de la FIFA, ainsi qu’avec Hayatou (ancien président de la CAF)… Je t’avertis, si tu veux faire quoi que ce soit… Zamalek ainsi que son président ne sont pas petits. Et je t’avertis encore, avec tout le respect que je vous dois, à vous, au président de la fédération du Sénégal (Me Augustin Senghor) et à toutes les équipes sénégalaises en dehors de Génération Foot, qui est club qui reçoit des fonds d’origine inconnue… » s’égosille-t-il.

Le président du club cairote commence d’abord par s’en prendre aux dirigeants de Génération Foot, les accusant d’avoir demandé les services d’une danseuse, avant de s’en prendre à Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football, puis à la Secrétaire générale de la FIFA, la Sénégalaise Fatma Diouf Samoura, actuellement en mission de redressement de la CAF. Pour Mortada, Génération Foot compterait s’appuyer sur l’influence de celle-ci. Une raison suffisante à ses yeux pour l’attaquer, avec des propos d’une rare violence.

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here